Je me disais que

si, d’une part, par égarement, vous m’invitez à manger et, d’autre part, dans des p…… de verrines.

Abstenez-vous.

Merci infiniment.

Bien à vous

.t

5 commentaires »

  1. olivier dit :

    Retour tardif chez moi, recherche d’un cd. Je tombe sur Chawata. Que devient-il ? Internet, un blog : bise, mecton. (Oliveman, lointainement pote des Bourgas)

  2. totodernoncourt dit :

    Oliveman ???
    Nan !

    Chawata ne devient rien de plus de ce qu’il est déjà devenu.
    Il n’est pas mort mais n’existe plus.
    Et toi ?

  3. olivier dit :

    Je pensais que ce message n’avait pas été enregistré. Yo, mec.
    Je pensais à toi pour le « que devient », évidemment, pas au groupe (mais il m’arrive d’invoquer le « merci au pont de l’alma » comme preuve ultime de classe à une fête de la musique française, et comme exemple tout court.
    Ça roule, encore en contact avec Pierre et Christophe (Gilles, moins). J’ai pensé à toi en rebusquant ce cd avec une certaine nostalgie.
    Je t’embrasse

  4. totodernoncourt dit :

    Je survis.
    Mais ça va.
    Je suis si content de te lire, t’as pas idée (utilise ce mot Classe à ton endroit, il sera bien au chaud).
    Donc, survie.
    Enfant, femme mais plus de travail depuis un an.
    Pas de contact avec Gilles depuis un double bail, ni avec David depuis plus d’un an.
    C’est un peu beaucoup de ma faute ceci-dit, je me cloportifie.

    Si Chawata te retourne les souvenirs en mode peace, je suis le plus happy des ex-rockers. Je ne peux plus écouter de mon côté, ou alors très très alcoolisé (et seul.)

    Bise
    .t

    • olivier dit :

      Tu seras toujours un rocker, voyons (je suis fan, tu sais bien).
      Bon, je rétropédale par rapport au précédent message: « ça roule », mais de manière qq peu bringuebalante quand même. Je te raconterai ça à l’occase, ailleurs que sur ton blog (qui est bien cool, quelle surprise).
      Et mon coefficient de sociabilité n’est pas monté en flèche non plus (mais j’ai toujours bon goût, c’est déjà ça). Et je suis devenu un vieux con : non mais quelle époque, coincé entre les réacs et ceux qui auraient brûlé Hara Kiri en place publique.
      Content de t’avoir fait un petit plaisir en me rematérialisant. En attendant la réapparition physique, n’en doutons pas.
      Bise, man.

RSS feed for comments on this post. / TrackBack URI

Un commentaire ?

Je me sens peut-être un peu vieillir…

 

… et vieillir en Macronie…

Je suis venu te dire

Je suis au regret. Mais.

CORSICA, GHJORNU 37

MIAME !

DP

Les Petites dames

Il était temps, putain !

Qu’on cite Fluide Glacial à la TV, oui, c’est déjà une chose, mais qu’on y cite également THIRIET et comme pilier du journal qui plus est, joie !

Il était temps (putain)

Cheval le cheval exhumé

Retrouvé sur le net grâce à web-archive.org. Merci.

Sauvetage Place du Marché

Martinet aux ailes trop larges, qui vire et crie sa joie autour de la maison. Tel est le cœur.

Il dessèche le tonnerre. Il sème dans le ciel serein. S’il touche au sol, il se déchire.

Sa repartie est l’hirondelle. Il déteste la familière. Que vaut dentelle de la tour ?

Sa pause est au creux le plus sombre. Nul n’est plus à l’étroit que lui.

L’été de la longue clarté, il filera dans les ténèbres, par les persiennes de minuit.

Il n’est pas d’yeux pour le tenir. Il crie, c’est toute sa présence. Un mince fusil va l’abattre. Tel est le cœur.

René Char

 

S’il touche au sol, il se déchire.

Meuuuh naon ! En l’occurence, ce mignon petit Martinet Noir juvénile faisait plutôt comme une mignonne petite crêpe de goudron à plumes au beau milieu de la place ouf déserte. Il a dû se casser le pif d’un arbre en bordure avant de savoir convenablement voler. C’est déjà une bonne chute.
Nul mince fusil ne l’a abattu.
Il a l’air d’aller plutôt bien mais bouge peu et refuse le sandwich. Will see, qu’il se repose.

CORSICA, GHJORNU 33

Bon, ya deux fois chameaux.

Cool

In corsu

Je Pétillonise pas mal depuis quelques jours

CORSICA, GHJORNU 32

Cazzo, pneumatici flat !

La vache, ça ne m’était pas arrivé en plus de 20 ans de bicycletterie !
Et là, alors que je me mettais en route pour chez ma manucuriste, BAM ! un méchant truc furieux pointu comme tout fiché droit profond, han, dans mon pneu avant.
À plat le matique !
Un peuneu neuf ! Merdre !

Et, quoi, qu’est-ce que c’est que ce MACHIN !? Un clou végétal mutant ? C’est dur à mort, ça pousse pas sur les arbres, si ?

Ou, alors, euh… un attentat ?!

Naaaan…

CORSICA, GHJORNU 30

TOURISME

CORSICA, GHJORNU 27

Sacré(-Coeur de) Jésus.

Vigie statique de l’entrée diablement pentue du Couvent Santa Catalina, Route de Pietracorbara, 20233 Sisco

CORSICA, GHJORNU 21

Le Corsica Bar (ou UN Corsica Bar, je ne sais pas) en bas de chez moi à Bastia.
Ça chante corse souvent, ça polyphone pas mal aussi (faut aimer mais c’est bien foutu) tard le soir quand les enfants dorment (dormaient).

CORSICA, GHJORNU 16

Comme tente de le suggérer cette photographie, ce monsieur âgé fait partie du décor en bas de chez moi.

Il est chaque jour, le matin tôt, en face, assis là ou à la terrasse du Café Corse fermé à cette heure.
On se dit bonjour et parfois « ciao ».
C’est un voisin furtif. Un gardien invisible.

CORSICA, GHJORNU 10

Pierre Pardon (fontaine, Place du Marché, détail dos)

LRQTLR

Ouf ! Y en avait un, il avait même pas de souliers !

CORSICA, GHJORNU 6

Peut-être le bled à éviter si vous vous appelez Brando (ou Erbalunga).

F’murr en passant

AU LOUP !