Sauvetage Place du Marché

Martinet aux ailes trop larges, qui vire et crie sa joie autour de la maison. Tel est le cœur.

Il dessèche le tonnerre. Il sème dans le ciel serein. S’il touche au sol, il se déchire.

Sa repartie est l’hirondelle. Il déteste la familière. Que vaut dentelle de la tour ?

Sa pause est au creux le plus sombre. Nul n’est plus à l’étroit que lui.

L’été de la longue clarté, il filera dans les ténèbres, par les persiennes de minuit.

Il n’est pas d’yeux pour le tenir. Il crie, c’est toute sa présence. Un mince fusil va l’abattre. Tel est le cœur.

René Char

 

S’il touche au sol, il se déchire.

Meuuuh naon ! En l’occurence, ce mignon petit Martinet Noir juvénile faisait plutôt comme une mignonne petite crêpe de goudron à plumes au beau milieu de la place ouf déserte. Il a dû se casser le pif d’un arbre en bordure avant de savoir convenablement voler. C’est déjà une bonne chute.
Nul mince fusil ne l’a abattu.
Il a l’air d’aller plutôt bien mais bouge peu et refuse le sandwich. Will see, qu’il se repose.

3 réponses pour “Sauvetage Place du Marché

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.